Tout savoir sur la vitamine C

À quoi sert la vitamines C:

La vitamine C, ou acide ascorbique, est naturellement présente dans un certain nombre de fruits et légumes. Elle permet surtout de lutter contre l’oxydation et de renforcer notre système immunitaire. Cependant, notre organisme ne sait ni la synthétiser, ni la stocker. Il est donc primordial d’en absorber régulièrement pour rester en bonne santé.   

Cette vitamine antioxydante protège contre le vieillissement cellulaire. Elle soutient l’immunité en protégeant les cellules immunitaires des radicaux libres, et en stimulant l’activité et la mobilité des globules blancs. Elle permet la synthèse du collagène, donc l’entretien de la peau, des gencives, des cartilages…

Antifatigue, elle contribue aussi à la synthèse d’adrénaline et de noradrénaline et améliore l’assimilation du fer. Alliée contre le surpoids, elle permet à la combustion des graisses et à la régulation de la glycémie.

Dans quels aliments la trouve t’on:

On la retrouve dans une grande variété de fruits, de légumes, mais aussi d’herbes aromatiques : le cassis, le persil frais ou séché, le thym frais, le chou frisé, les poivrons, les brocolis, les kiwis, le pesto, le safran, les fruits rouges, les oranges, le cresson, le chou blanc, le pamplemousse ou encore l’ananas. 

C’est la plus sensible des vitamines, et elle s’altère rapidement en cas d’exposition à l’air, à la chaleur, à la lumière, et à l’eau ! Pour faire le plein, l’idéal est donc, avant tout, de miser sur les crudités et les fruits crus, éventuellement arrosés de jus de citron pour limiter l’oxydation. Il est aussi important d’acheter local et de saison (ou alors de recourir aux surgelés), de stocker au frais (sauf banane et avocat) et de consommer rapidement après achat. Veillez à ce que le temps de cuisson des légumes soit court (vapeur, étouffé).

Quelle sont nos besoins:

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) recommande aux hommes et aux femmes d’en absorber 110 mg par jour. Cependant, bon nombre de spécialistes estiment que ce chiffre est sous-estimé. En outre, les besoins en vitamine C sont accrus dans certaines situations pathologiques (fracture, infection, traitement anticancéreux, diabète…), avec certains modes de vie (tabagisme, activité sportive intense, consommation importante d’alcool), durant la grossesse et l’allaitement ou en cas de malabsorption (maladies coeliaque ou de Crohn).

Comment éviter les carences:

Pour éviter les carences en vitamines C, un apport complémentaire est conseillé chez les faibles consommateurs de fruits et de légumes, les diabétiques et les personnes atteintes de la maladie coeliaque ou de Crohn, en cas de pratique sportive intensive, de fracture, de consommation excessive d’alcool. Il n’est, en revanche, pas recommandé aux fumeursde se supplémenter car cela peut augmenter le caractère pro-oxydant du tabac.

Phytothérapie (acérola…) ou acide ascorbique, peu importe la forme, ce qui compte, c’est de fractionner les apports (2 x 200 à 250 mg) pour mieux l’assimiler. Mieux vaut aussi ne pas dépasser 500 mg par jour : même si l’excès est éliminé dans les urines, des doses trop importantes peuvent entraîner des troubles digestifs ou des calculs rénaux voire avoir des effets pro-oxydants.

Source: santé magazine.

%s